.

"Tu es toi, tu vis, tu possèdes un corps, un esprit, tu as une maison, elle est ton toit, elle te protège. Tu vis dans ton quartier, ta ville, elle te nourrie, te fournis un travail. Tu vis dans ton pays, il est ton peuple, il te guide, il te soumets à tes conditions de vie. Tu vis sur ta planète, tu respire son air, tu manges ce qu'elle te donne, elle te fait vivre. Tu vis prés de ton étoile, elle te donne de la lumière, de la chaleur, elle te fait vivre. Tu vis dans ton système planétaire, avec ses planètes et ses lunes qui sont nées pour te faire vivre. Tu vis dans ta galaxie qui s'est formées il y a des milliards d'années. Tu vis dans ton Univers, il t'a donné ton étoile, ta planète, ton chez toi. Ne le néglige pas. S'il existe, c'est pour toi, car il fait parti de toi. Il est en toi, comme ton être, ton esprit, il est partout, comme toi, tu fais parti de lui."

Le pouvoir de l'esprit sur la matière


INTRODUCTION

Une attitude des plus paradoxale est celle du rapport de la force de l'esprit sur la matière et de la preuve de leur existence matérielle, alors même que la science a dématérialiser la matière et qu'elle a montré, dans le domaine de la physique quantique, sa non existence. Qu'elle n'est qu'une fonction d'onde représentative des informations qu'on en a. Qu'elle n'est pas matérielle. Une hypothèse émet l'idée d'un hyperespace, sorte de dimensions parallèles invisibles, conscience de l'univers, intrinsèquement lié à notre monde physique observable en constante interaction.

ENCORE LE POISSON

Une analogie est celle que j'ai déjà reprise plusieurs fois dans mes articles : que sait un poisson de la mer dans laquelle il nage ? Comparons notre monde par un bassin dans lequel nagent des poissons. Ces poissons s'imaginent que l'univers est limité par les parois de ce bassin et de nénuphars flottant à la surface de l'eau. Les poissons et nous passons nos vies dans deux univers différents, bien que séparés seulement par la surface de l'eau et des nénuphars. Imaginons alors qu'il existe des poissons « scientifiques » vivant parmi les autres poissons. Ces poissons scientifiques se moquerait de tout poisson avançant l'idée qu'un autre univers pourrait exister au-dessus de l'eau. Pour eux, seul est réel ce que les poissons peuvent voir et toucher. L'idée d'un monde invisible, existant au delà du bassin, n'aurait aucun base scientifique. Imaginons aussi qu'un orage agite la surface de l'eau, secouant les nénuphars dans tous les sens. Pour les poissons, les nénuphars sembleraient bouger d'eux mêmes. Incapables d'imaginer ce qui est hors de leur portée, leurs « scientifiques » évoqueraient alors une force invisible et mystérieuse qu'ils pourraient aussi bien nommer « action à distance ». Retirons un poisson de l'eau. Pour ses congénères, le poisson aura simplement disparu sans laisser de trace. Si le poisson est rejeté à l'eau, il s'agira d'un « miracle ». Et si ce poisson voulait dépeindre le personnage qui l'a enlevée, il n'aurait aucun repère de comparaison pour décrire son ravisseur qui, bien que dépourvu de nageoires, pourrait se déplacer.

Nous somme malheureusement comme ces poissons qui nagent tranquillement et passant notre vie dans notre « bassin », certains que notre univers consiste uniquement en ce que nous pouvons voir et toucher. Comme pour le poisson, notre univers est ce qui est pour nous familier et visible. Nous refusons d'admettre qu'il peut exister d'autres univers ou d'autres dimensions tout prés de nous, presque à notre portée. Si nos scientifiques inventent des concepts tels que des « forces », c'est parce qu'ils ne peuvent voir les vibrations qui emplissent l'espace qui nous environne.

UNE HISTOIRE DE COMPLEXITE ?

Les phénomènes qui relèvent de l'action de l'esprit sur la matière ne sont pas récents. L'histoire les mentionne depuis les plus anciennes civilisations. Même la Bible nous apprend que les Hébreux les considéraient comme fréquents en faisant référence au créateur. Certains penseurs mystiques savaient que la physique découvrait peu à peu que la réalité n'existe pas. Certains même reconnurent le fait que nous ne sommes plus en contact avec la réalité ultime. Il existe, de nos jours, quantité de centres de recherche et laboratoires consacrant leur temps à prouver, par des expériences menées avec une extrême rigueur, cette action de l'esprit sur la matière. Notamment sur les interactions de l'homme et de la machine, d'appareils électronique dotés d'une grande sensibilité aux changements d'états physiques. Il est tout aussi normal de se demander pourquoi certaines personnes se trouvent là, plus souvent que d'autres, quand un appareil tombe en panne ou quand un pendule s'arrête. Ou que certaines personnes favorisent aussi plus que d'autres l'apparition de phénomènes psi.

De nombreux scientifiques pensent que la conscience humaine et l'esprit pourrait n'être qu'un expression de la conscience de l'Univers. Est-il possible de penser que les atomes puissent faire partie intégrante d'une structure consciente dans un état de complexité extrême ou de donner l'aspect d'un objet inerte à un autre moment, dans un état structuré de base ? A quel stade de complexité peut-on donner l'état de conscience ? Relativement à une fiction montrée par le cinéma, les livres et la télévision, est-il possible qu'une structure comme un cerveau « positronique » (terme utilisé par Isaac Asimov dans ces romans, il est l'inventeur des trois lois de la robotique) d'un androïde d'une complexité extrême et à l'apparence humaine puisse développer une conscience ? Dans ce cas, que peut-on penser des robots et autres « mécas » aux capacités identiques, voire meilleurs que certains animaux ? Ont-ils une conscience comparable à l'animal copié ?

L'HYPERESPACE HOLOGRAPHIQUE

En reprenant l'hypothèse de l'hyperespace, la réalité primordiale serait une superposition du champ de conscience de l'univers sur l'état d'ordre extrême de l'arrangement des constituants de la matière physique dite « de base » créant donc cette complexité et l'esprit de la conscience locale qui en résulterait. Autrement dit, le corps et l'esprit sont un ensemble d'une dépendance limitée résultant de l'interaction des deux systèmes. La matière et la conscience serait reliées par la force d'une complexité profonde qui inclut ces deux facteurs sans être pour autant ni l'un ni l'autre. L'esprit serait donc le résultat de la forme la plus subtile de la matière en terme de complexité et d'échange « supra-dimensionnels » avec l'hyperespace.

Le flux constant qui s'échange entre notre « réalité physique » et l'hyperespace expliquerait comment les particules atomiques peuvent se manifester soit sous forme de particules, soit sous forme d'ondes. Ce qui pourrait aussi expliquer la relative instantanéité des échanges d'informations entre deux particules corrélées. S'agirait-il d'une seule et même particule déplié dans l'espace et l'hyperespace que l'on identifierait comme deux particules distinctes ? De là, découlent de nombreuses explications sur de nombreux phénomènes paranormaux, dont j'ai déjà rédigé un article. Les particules qui paraissent séparées seraient reliées, à travers un passé, présent et futur commun.

Vu sous cet angle, le fait de diviser l'univers en choses vivantes et non vivantes devient un « non-sens ». La matière animée et inanimée est inséparablement intriquée, et la vie elle-même est solidaire de la totalité de l'univers. Chaque atome, chaque particule, chaque cellule de notre corps contient une partie de la conscience de l'univers. Chaque cellule de notre corps contient la totalité du passé, présent, futur de la conscience de l'Univers, indépendamment du lieu, du temps de la distance. Un peu comme un hologramme où chaque partie individuelle renferme l'essence du tout. Notre Univers serait donc le reflet holographique d'un hyperespace environnant qui pourrait, à son tour, refléter un autre Univers encore plus vaste, un peu comme sont imbriquées les poupées russes.

CONCLUSION

Puisque la physique moderne a démontré que la matière n'existe pas, il est ridicule de faire une séparation entre les phénomènes paranormaux qui concernent l'esprit et ceux qui concernent la matière. La relation les liant, traduite par télékinésie, psychokinésie, nous apparaît alors comme une forme de conscience avancée s'étendant au delà des limites physiques. Comme si l'esprit de la personne s'étalait et se dépliait plus largement dans « l'hyperespace » recherchant une corrélation avec l'objet en question. Il y a en nous, quelque chose qui peut exercer une action directe sur la matière, celle qui est notre corps mais aussi celle qui nous environne. L'homme n'est limitée que par sa propre volonté. La possibilité d'agir sur la matière n'est pas un don accordé à chacun de nous mais il existe de nombreuses personnes qui peuvent l'obtenir. Ceux qui font l'objet d'expériences sérieuses ne représentent qu'une infime partie de tout ceux qui, dans tous les pays, manipulent leur énergies avec une maitrise souvent stupéfiante. Pourquoi ne pas essayer de faire tomber ces barrières afin de découvrir qu'il n'y a pas de limites aux possibilités de l'esprit, pas même la matière ? Pourquoi l'humanité ne progresserait-elle pas dans cette voie, au fur et à mesure de son évolution ?


 Version PDF de cet article :

3 commentaires:

  1. il est évident que nous sommes "reliés" à l'ensemble de l'univers et que le moindre de nos actes, la moindre de nos pensées, influe sur son devenir.
    C'est pourquoi il est important de ne pas aborder ces questions à la légère. Dans ce domaine, la plus grande prudence est recommandée...
    Alma

    RépondreSupprimer
  2. C'est pourquoi je précise bien qu'il ne s'agit que de mon avis personnel. Cette vision unificatrice de toute chose scinde paradoxalement les opinions de tous, scientifiques, philosophes, visionnaires at autres mystiques. Les relations liant toutes choses sont comme un fil tendu entre deux rives que personnes ou presque n'ose franchir pour passer de l'autre coté. Tellement fragile et tellement discret qu'il ne suscite l'intérêt que de très peu de scientifiques. Je ne suis, certe, pas un scientifique et ne le deviendrais peut-être jamais assez pour comprendre de nombreuses choses mais j'invoque le fait que trés peu de personnes n'osent s'aventurer dans des débats de cet ordre car nulle part je ne constate ne correspondances avec mes avancées. La force de l'esprit sur la matière n'est seulement qu'un aspect parmis tant d'autres. D'autres concepts rejoignent les mêmes idées que cet article mais je ne m'en suis pas étendu. Le fil qui nous relie à tout est d'ordre métaphysique. Je laisse le soin à nos philosophes et scientifiques contemporains de considérer "notre réalité".

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour CDavid.TS ... merci d'avoir mis mon blog en lien dans votre blogosphère ... je vais explorer vos pages avec intérêt ! Vos avis chez moi sont les bienvenus naturellement !
    Cordialement
    Antiochus

    RépondreSupprimer