.

"Tu es toi, tu vis, tu possèdes un corps, un esprit, tu as une maison, elle est ton toit, elle te protège. Tu vis dans ton quartier, ta ville, elle te nourrie, te fournis un travail. Tu vis dans ton pays, il est ton peuple, il te guide, il te soumets à tes conditions de vie. Tu vis sur ta planète, tu respire son air, tu manges ce qu'elle te donne, elle te fait vivre. Tu vis prés de ton étoile, elle te donne de la lumière, de la chaleur, elle te fait vivre. Tu vis dans ton système planétaire, avec ses planètes et ses lunes qui sont nées pour te faire vivre. Tu vis dans ta galaxie qui s'est formées il y a des milliards d'années. Tu vis dans ton Univers, il t'a donné ton étoile, ta planète, ton chez toi. Ne le néglige pas. S'il existe, c'est pour toi, car il fait parti de toi. Il est en toi, comme ton être, ton esprit, il est partout, comme toi, tu fais parti de lui."

Astrophysique

J'ai écrit cet article en 1991 (mis à jour en 2002) en me basant sur le livre de Stephen Hawking "Une brève histoire du temps".




L'élément fondamental de la lumière, appelé « Quanta » est un paquet d'énergie sous forme électromagnétique du spectre lumineux dont une partie est visible par l'œil humain. Le corpuscule s'y associant est le « Photon ». La vitesse de la lumière, notée « c », correspond à 299 792 458 mètres à la seconde. Soit, 1 079 252 849 Km/heure. Le terme « année-lumière » correspond à une échelle astronomique de distance qui mesure la longueur du chemin parcouru par un photon en un an. Soit, 9 460 723 032 000 kilomètres par an.

Notre soleil qui se trouve à environ 150 millions de kilomètres de la terre, émet sa lumière qui parvient à nos yeux donc, 8 minutes et 20 secondes plus tard en considérant la vitesse de la lumière. En regardant le soleil, nous le regardons donc tel qu'il était il y a 8 minutes et 20 secondes plus tôt.Par analogie, l'étoile la plus proche du système solaire « Proxima du Centaure » se trouve à environ 4 année-lumière. Ce qui veut dire qu'on la voie telle qu'elle était il y a 4 ans.

D'une manière générale, plus nous regardons loin et plus nous remontons dans le temps. Si des cosmonautes parviendraient à voyager dans un vaisseau spatial à la vitesse de la lumière ils mettraient 4 ans pour aller visiter Proxima du Centaure.

D'après la relativité d'Albert Einstein, plus on approche la vitesse de la lumière et plus le temps ralenti. Cela peut s'apparenter à dire que le temps s'écoule à la vitesse de la lumière. Ce qui n'est pas tout à fait vrai, ni tout à fait faux. L'écoulement du temps est fonction de la perception qu'on en a. A l'échelle atomique, la physique quantique mentionne que le temps n'existe pas. Le temps surgirait à notre échelle à cause de notre incapacité à traiter une multitude d'informations simultanément. Une expérience menée en 2002 par Antoine Suarez à l'université de Genève montre que l'intrication quantique liant le destin de deux particules de lumière en mouvement opposé sur un axe fait disparaître la causalité temporelle quant aux destins de ces deux particules à travers deux miroirs semi-transparent. Soit les deux particules traversent le miroir, soit elles s'y réfléchissent. Le destin de l'un étant l'identique de l'autre comme si une information supra-luminique les liaient.

Voici une autre expérience réalisée de mesure du temps avec ses conséquences sur le mouvement.  Deux horloges atomiques ultra précises, une sur terre et l'autre dans un avion supersonique. Au départ, les deux horloges sont parfaitement synchronisées. Puis l'avion effectue 8 fois le tour de la terre à 4000 m. d'altitude à une vitesse de Mach 4 (4 fois la vitesse du son), soit environ 4700 Km/h de manière constante, sans escales et sans s'arrêter. Soit : 2 jours 16 heures 8 minutes et 10,21 secondes. Une fois de retour sur terre, on compare les horloges et on constata que celle qui est restée dans l'avion affiche 0,000000261291874 seconde de moins que celle qui est restée sur terre.

Si nos intrépides voyageurs décidaient de faire le voyage dans un vaisseau voyageant à la vitesse de la lumière pour aller visiter Proxima du Centaure, il s'écoulerait 50 ans sur terre pendant les 4 années de leur voyage.

L'espace et le temps forment une entité qui se nomme « continuum espace-temps ». Le continuum espace-temps est formé de quatre dimensions :
  1. l'horizontale
  2. la verticale
  3. la profondeur
  4. le temps
Cet espace-temps est malléable, se déforme, se transforme, il se plie sous la masse qu'il contient. On peut l'imaginer comme un traversin qui se déforme sous le poids d'un objet que l'on pose dessus. La gravitation est une conséquence de ces déformations. La lumière, aussi bien que la matière, suit les déformations de l'espace-temps. La terre ne déforme que très peu l'espace-temps car son poids est faible. La lumière n'est donc que très peu déviée de sa trajectoire lorsqu'elle passe près de la terre. Il existe des astres suffisamment massifs pour attirer la lumière sans que celle-ci puisse s'en échapper : il s'agit des trous noirs. Les trous noirs sont tellement massifs et tellement denses (1 cm3 peut peser des milliers de tonnes) que rien ne s'en échappe. Par analogie, pour qu'une fusée puisse décoller verticalement et s'arracher de l'attraction de la terre, il faut qu'elle acquiert une vitesse suffisamment élevée de l'ordre de 11 km/s. Un trou noir est tellement dense et déforme tellement l'espace-temps que les lois de la physique que l'on connait ne s'appliquent plus. Il faudrait une vitesse supérieure à la vitesse de la lumière pour pouvoir s'en échapper. Ce qui est impossible. C'est la raison pour laquelle il est impossible de voir directement un trou noir, car même la lumière ne peut s'en échapper. D'où son appellation.

On peut les comparer à des entonnoirs : l'entonnoir est l'espace-temps déformé et au fond du creux se trouve le corps massif. Aux alentours du trou noir, les lois fondamentales de la physique ne s'appliquent plus et toutes mesures donnent des résultats avec des énergies négatives en constantes fluctuations constituants des données aberrantes. Selon la théorie des « trous de verre », un pont peut relier deux trous noirs super-massif très éloignés dont l'un serrait une « fontaine blanche » d'où émanerait de la matière issue des trous noirs. Par analogie, pour relier deux points sur une feuille, une ligne droite suffit. Mais ce n'est pas le chemin le plus court. Repliez la feuille en deux de manière à faire correspondre les deux points et vous avez un pont constituant le chemin le plus court en ayant traversé la feuille. Sur le même principe, en traversant l'espace-temps à travers ces trous de verre, si un se trouvait sur terre et l'autre à coté de Proxima du Centaure, le voyage de nos cosmonautes serait instantané.

En 1836, Adolf Casimir découvre l'existence d'un effet physique inattendu. Il s'agit d'un phénomène par lequel il est possible de trouver de l'énergie négative grâce aux fluctuations du vide. Ce n'est que récemment que cet effet est exploité et pris en compte dans la fabrication des nouvelles technologies. Notamment dans les nanotechnologies. C'est cette énergie négative qui permet de maintenir pendant une fraction de seconde un vortex ouvert entre deux plaques conductrices ou se trouve du vide. Autrement dit, une porte vers un autre univers.... mais à l'échelle atomique....

Le Chaos



Attracteur étrange de Lorentz
Imaginez qu'une tasse tombe d'une table et se brise en morceaux sur le plancher. Si vous filmez cela, vous pourrez aisément dire si le film se déroule à l'endroit ou à l'envers. Si vous le déroulez à l'envers, vous verrez les morceaux se rassembler soudain sur le plancher et sauter en l'air pour former une tasse entière sur la table. Vous pourrez dire que le film va à l'envers parce que ce genre de comportement n'est jamais observé dans la vie ordinaire.

L'explication générale donnée pour comprendre pourquoi nous ne voyons pas les tasses brisées se recoller su le plancher et bondir pour retourner sur la table est que cela est interdit par le second principe de la thermodynamique. Celui-ci pose que dans tout système clos, l'entropie croît toujours avec le temps.

L'entropie est synonyme de désordre dans la mesure où aucuns critères ne viennent perturber la définition des notions d'ordres et de désordres. Dans la vie, ce que nous appelons ordre et désordre résulte de notre façon d'en concevoir les notions. Ce qui est évident.

Imaginons une personne qui range les objets de façon « impeccable » (impeccable selon quels critères ?). Supposons que rien ne dépasse lorsqu'elle range des livres dans une bibliothèque, ou des objet sur un bureau, des stylos ou règles parfaitement alignés au rebord. Au mur, aucun cadre ne quitte la stricte horizontale. Cette personne suit un critère « géométrique », qui lui fait déclarer les objets « en ordre ».

Une tasse intacte sur une table est en état élevé d'ordre, mais une tasse brisée sur le plancher est en désordre selon nos critères pour l'usage qu'on en veut : boire dedans du café, thé, chocolat … etc. On peut passer aisément de la tasse sur le table dans le passé à la tasse brisée sur le plancher dans le futur, mais on ne verra jamais l'inverse. Le second principe de le thermodynamique résulte du fait qu'il y a toujours beaucoup plus d'états désordonnés que d'états ordonnés.

Rien ne se perd, rien ne se créer, tout se transforme. Dans un système clos, l'énergie d'un état changeant dans le temps est toujours le même. Il apparaît juste différemment. Considérons un système complexe comme par exemple une société à grande diffusion. Chaque événement qui s'y produit engendre des turbulences, des perturbations qui impliquerons d'autres événements imprévisibles. En d'autres termes, l'entropie et le désordre s'y accroitra. Une dépense énergétique est nécessaire pour rétablir un semblant d'ordre, donc, un échange avec l'extérieur.

L'ordre sous-jacent d'un événement de nature imprévisible pour le commun des mortels ne fait qu'appliquer les lois de l'univers. Une maison qui s'écroule sous l'effet d'un séisme est en état désordonnée pour l'utilisation qu'on en veut mais parfaitement en ordre par rapport aux forces qui la gouvernent sur le moment. Par manque d'informations, l'homme assigne le désordre à un événement imprévu.

Chacun de nous percevons ce désordre selon nos propres critères, nos propres connaissances, nos propres informations. Chacun à toujours raison selon ces critères à lui ; il n'y a aucune dualité possible.

Ne vaut-il pas la peine, en ce cas, de rechercher et de connaître le critère de l'autre pour être « sur la même longueur d'onde » en tout point de vue ?




Version PDF de cet article :  

Vision

Voici un article que j'ai écrit quand j'avais une quinzaine d'années.

Je l'ai retranscrit exactement comme il était, avec ses fautes d'orthographes, de grammaires et ses longues phrases sans liens apparent entre elles. Aussi saugrenues que soient ces idées, un lien apparaît avec l'un des derniers articles du site Futura-Sciences. Site de référence parmi la communauté des scientifiques. Voici l'adresse : 


" La clé divine de l'homme au paillasson écrivit tout un art sur les manières d'ouvrir une porte d'entrée sans s'essuyer les pieds avant d'entrer. L'homme avait la berlue et ne savait que dire, tant elle était devenue folle. Presque autant que l'auteur qui écrivit ces quelques lignes. Une femme assista au spectacle et dit à l'homme : "Monsieur, vous devriez l'emmener voir tous les cons de l'asile d'en face, elle se sentira plus chez elle". Aussitôt dit, aussitôt fait. Mais l'âme divine qui dirigeait cette clé alla voir ailleurs si j'y étais.

Que d'histoire de fou peut-on encore inventer dans un avion en flammes pour dix francs cinquante et quelques nouilles pourris sans se lamenter de voir que la vierge Marie n'existe pas et que tant de femmes se croient le centre du monde tant il est dégueulasse et remplis de gens sans scrupules qui prennent la vie des autres au détriment d'argent, et encore d'argent sans même levé le petit doigt du pied au moindre soucis d'une inconnue. Pourquoi la psychologie n'étendrait pas son domaine à l'univers entiers pour agrandir la petitesse de l'homme au milieu de ces débris d'astre et de planète et voulant l'unité du tout en rassemblant toutes les valeurs humaines pour croire que l'humanité cours à sa perte et devienne un trou noir sans espoir de retour ?

Jamais les 6 milliards d'être humain de cette planète ne pourrons croire un jour que l'univers est un système fermé et que tout système fermé tant vers une entropie des plus totale qui sèmera désordre et chaos jusqu'à ce que l'homme ne soit pas en mesure d'y ralentir convenablement sa vitesse sans sortir de ces gong et ne pas jeter toutes les cartes de sa manche sans avoir réfléchis aux conséquences que cela peut provoquer sur la nature et les lois de la thermodynamique.

La psychologie des profondeur assénera, toute les fois ou l'homme contredira sa propre nature, une prise de conscience indéniable sur l'horizon de l'univers et croiront que toutes chose est un événement précis et une séquence logique de l'événement : "Naissance, présence, et mort de l'univers". Toutes les choses sont reliés entre elle et ne peuvent être détachées de l'univers car toutes choses suivent les courbes des lois de l'univers et ne peut être autrement.

Une généralisation si intense est cosmique de tout les événements n'est visible que pour ceux qui n'ont une vision extravertie des choses et dont la conception de la naissance de la vie sur terre est une évidence même des lois de l'univers est qu'elle est une des choses les plus merveilleuse qui puisse exister par le simple fait d'observer une femme enceinte d'un enfant qui sera capable de se poser les mêmes questions que moi."

Paracadabra, les praradoxes et le pourquoi

"Ce livre se veut provocateur, politiquement et religieusement INCORRECT et surtout résolument à l’écart de la pensée unique qui gangrène toute une société formatée,de plus en plus exclusivement vouée au spectacle et qui plus est, en passe d’être massivement abrutie par le matraquage multimédia des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

C’est un livre inclassable, hors normes et résolument atypique, inféodé à aucune organisation ni à aucune discipline, qui ne " roule pour personne en particulier " qu’il soit chercheur, gourou, maître, professeur émérite ou tout autre titre ou qualificatif pouvant désigner un individu ou une organisation.

Puisse ce livre éviter aux lecteurs les dérives sectaires et les fanatismes en tous genres, qu’ils soient politiques ou religieux. Puisse aussi ce livre, suggérer de nouvelles réflexions, pistes et orientations et inciter des chercheurs courageux et indépendants à approfondir les sujets évoqués, c’est le plus grand souhait de l’auteur.

Ce livre n’a pas été écrit en trois semaines comme certains « best sellers » mais a nécessité plusieurs années de mise au point. Il se veut sérieux mais ne se prend pas au sérieux, car toute la vie est faite de PARADOXES, vous allez vous en rendre compte.

Dans ce livre les auteurs resterons simples et mêmes familiers en évitant au maximum le langage (charabia ?) prétentieux, savant et intellectuel. D’abord parce que ce livre veut absolument se démarquer de la littérature dite positiviste ou spiritualiste, qui emploie à profusion les concepts d’esprit, d’âme, de psyché sans être capable d’en donner une explication claire, ensuite parce qu’il y a de moins en moins de gens qui possèdent un minimum de vocabulaire. Mon chien lui, a environ 30 mots de vocabulaire, j’ai remarqué qu’il en possédait souvent plus que certains sportifs renommés ou de participants à des shows de téléréalité."




SOMMAIRE


1 ère Partie


Le Mental Individuel : Comprendre son fonctionnement et ses paradoxes
L’inversion de pensée
Addenda : Sorcellerie Africaine et Volition


2 ème Partie


Le Mental Collectif : Une BOMBE à retardement
Les égrégores
Addenda : Rythme, chants et tourbillons


3 ème Partie


La Méditation : Comment méditer utilement et calmer son mental
La psychostatose
Addenda : l’énergie vitale, alchimie du CHI



http://www.cdavid.ts.sitew.com/fs/Root/4l9wf-Paracadabra.pdf


90 pages - P.J.Reyos (2006-2007)

Le mensonge de Noël

INTRODUCTION 

Depuis qu’on est tout jeune on nous apprend que mentir c’est mal, qu’il ne faut pas mentir. Cependant comment suivre le bon exemple si dés notre plus jeune age on nous ment ?

Il y a une grosse supercherie qui plane au dessus de nos têtes lorsqu’on est enfant, ce gros mensonge qui fut remastériser par coca cola en 1933 s’appel « Le père noël »

On ne sais même pas encore parler, qu’on nous ment déjà. On ne sais même pas encore marcher, qu’on nous ment déjà. L’enfance n’est qu’une blague géante orchestré par la société ainsi que par les parents qui y contribuent.

 

LE CROC MITAINE ? LE GRAND MECHANT LOUP ? LE PERE NOËL ? 

Rien de tout cela n’est réel, il n’y a pas plus de croc mitaine que de père noël, mais alors, pourquoi est-ce qu’on essaie de nous faire croire le contraire ?

« C’est trop mignon quand ils croient encore au père noël et qu’ils attendent leurs cadeau »

C’est vrai, d’un coté il y a un petit espoir qui est donné, un peu de magie dans ce monde de brute, certes, mais tout est beau lorsque la magie existe encore. Mais qu’en est-il lorsque l’on redescend sur terre ? Quand nos rêves se brisent ? Quand nos espoirs s’envolent ? Quand au final, on apprend que la magie n’existe pas, que le père noël n’est autre que nos parents ?

Se heurter à la réalité, que le père noël n’existe pas, c’est comme se heurter à un mur à pleine vitesse. Ça fait mal !

ET LES ENFANTS DANS TOUT CA ?

Les enfants n’ont pas besoin d’être bercés dans un monde plein d’imaginaire, noël peut exister sans que le mensonge soit omniprésent, et la magie ne s’envole pas vraiment. Rien n’empêche d’offrir des cadeau de noël lorsque l’enfant apprend que le père noël n’existe pas. Alors pourquoi lui faire croire qu’il existe ?

On peut clamer que cela fait partie de l’innocence de l’enfant, et que c’est bon pour lui. Mais que nenni, cela contribue un peu plus au fait que l’homme est vil et qu’il ne cherche qu’à tromper son entourage ! Au plus tard l'enfant apprend que c'est une supercherie, au plus ses répercussions négatives sur son développement psychologique se fera ressentir.